Michel Zaco

Dans la lignée des artistes qui ont fait du purisme le dernier grand mouvement artistique français avant le surréalisme, Michel Colombin reprend avec bonheur les standards du purisme tels que définis par Amédée Ozenfant dans le dixième et dernier numéro de l’Elan « le cubisme est un mouvement de purisme. Le cubisme s’est assuré dans l’histoire des arts plastiques une véritable importance, parce qu’il a réalisé, déjà en partie, son dessein puriste de nettoyer la langue plastique de ses termes superflus, comme Mallarmé l’essaya pour la langue verbale ». Les sujets de Michel Colombin sont simples : instruments de musique, personnages, la forme y prime sur la couleur. La proportion et les rapports géométriques purs sont mis en avant comme le moyen d’exprimer des invariants plastiques.
Le travail de Michel Colombin reflète son assimilation de l’esthétique puriste. Le peintre décompose la forme humaine en ses éléments géométriques. Les personnages sont mis en scène auprès d’éléments architecturaux qui amplifient la vision du monde extérieur, vu le plus souvent en plongée, ou vers des points de fuite qui nous donnent le vertige. Un monde ordonné, structuré, mais inquiétant. Nous sommes placés comme les funambules qu’il aime à représenter, en équilibre au-dessus du vide.
Les instruments de musiques n’échappent que peu à cette vision dérangeante, les pianos sont vus d’au-dessus, les ombres portées des musiciens et des lecteurs se projettent, inquiétantes, traitées à l’encre de Chine.
Françoise Icart Critique pour Art Pictorial Tokyo

Informations

Techniques
Peinture, Dessin
Ville
Montigny-lès-Metz
Téléphone
Email
liame1721021238 rap 1721021238etsit1721021238ra'l 1721021238zetca1721021238tnoc1721021238
Site Internet
http://artmonty.fr/mapage4/index.html